M é d i c a t i o n

M é d i c a t i o n

Pourquoi la médication ?


Première intention chez l'adulte


Lorsque le TDAH est identifié à l’âge adulte, le traitement médicamenteux est proposé en première intention. Toutefois, en France, certains praticiens indiqueront d’abord diverses thérapies en fonction des degrés et des types de difficultés que la personne rencontre.

Les bénéfices des médicaments


Ils aident à se concentrer, à persévérer dans ses projets, à faire moins d’oublis, à mieux s'organiser, à s'ennuyer moins rapidement, à calmer ses pensées, à réduire l'hyperactivité et la labilité émotionnelle, à se sentir mieux. La prise du médicament reste un choix personnel.


Clichés / Réalité

L'efficacité des psychostimulants est connue depuis 1937, avant les premières études sur le Ritalin (nom du médicament aux États-Unis).

Clichés  

Ces médicaments sont mauvais pour la santé, ils abîment le cerveau, il y a des risques pour
le cœur, ils ont des effets indésirables
importants, etc.


Ce sont des dérivés des amphétamines, il est possible de se droguer avec et on en devient dépendant.


Les TCC et autres psychothérapies semblent plus adaptées à long terme, les médicaments feront frein à une autonomisation.


Ces médicaments changent la personnalité,
rendent dociles et la créativité risque de disparaître.


versus


  Réalité

Ces médicaments réduisent les risques de traumatisme accidentel, d'exposition aux MST, de dépression, d'addiction, de dégénérescence neurologique, etc.


La formulation spécifique de ces médicaments n'entraîne ni dépendance, ni accoutumance. Ils diminuent même les addictions de 30%.


La médication favorise l'équilibre psychique et physiologique, elle facilite l'orientation de sa vie au mieux, selon ses propres besoins.


En faisant disparaître l'impulsivité et la distractibilité, ces médicaments révèlent la personnalité et ses forces.



Médicaments prescrits en France
Une seule molécule est actuellement disponible.
Découvrons le méthylphénidate.

Le méthylphénidate

Molécule

C'est un psychostimulant inhibiteur de la recapture de la dopamine et de la noradrénaline.
Sa structure est proche de celle de l'amphétamine, mais elle n'en a pas les effets addictogènes.

Mode d'action

La molécule passe dans le circuit sanguin et rejoint le système nerveux central. Elle va alors augmenter la concentration en dopamine et noradrénaline en empêchant leur recapture, et ainsi améliorer la communication entre les aires cérébrales.

Médicaments

Ritaline, Quasym, Medikinet ou Concerta

Il existe un générique pour le Concerta : Méthylphénidate Mylan Pharma, qui, selon certains témoignages, serait moins efficace, en raison de la différence de son enrobage.


La Ritaline, le Quasym, la Medikinet et le Concerta contiennent tous du méthylphénidate.
La formulation de ces médicaments diffère selon trois critères :

Grammage

Les grammages sont différents d'une formule à l'autre. Ils vont de 5 à 54 mg. Il faut parfois en prendre plusieurs par jour.

Mode de libération

Le pic de libération de la molécule arrive à des moments et des intensités différentes en fonction de la formulation.

Durée d'action

La durée d'action des formules à libération immédiate (LI) est de 2 à 4h, et jusqu'à 12h pour les libérations modifiées ou prolongées (LM, LP).



Traitement au méthylphénidate

Points de vigilance
Le méthylphénidate étant alcalin, il est moins bien absorbé par le sang si des éléments acides s'y trouvent en même temps, comme de la vitamine C ou du jus de fruits.

Troubles importants

Contre-indiqué en cas de :
troubles cardiovasculaires ou cérébrovasculaires, glaucomes, hyperthyroïdie, dépression sévère, trouble anorexique, tendance suicidaire, symptômes psychotiques, troubles sévères de l’humeur, schizophrénie.

À surveiller de près en cas :
d'épilepsie, d'addiction ou d'autres troubles psychiatriques.

Certains médicaments

Ne pas utiliser avec des décongestionnants de la sphère ORL, risques de vasoconstrictions et de poussées hypertensives : Humex, Actifed, Rhinadvil, Rhumagrip, Dolirhume, Nurofen rhume, Effortil, Gutron, Derinox, etc.
Il existe des interactions avec les médicaments, comme : les anticoagulants, les antiépileptiques, certains antidépresseurs, les neuroleptiques, les médicaments dopaminergiques, les antihypertenseurs, les médicaments susceptibles d'augmenter la tension artérielle, les IMAO.




Attention

Si vous transportez du méthylphénidate, vous devez impérativement avoir l’ordonnance sécurisée avec vous en cas de contrôle de police.

Début des effets

Le méthylphénidate agit très rapidement. Les effets se font sentir entre 20min et 1h après la prise (varie en fonction de ce que vous avez mangé).

Suivi continu

Le début du traitement doit se faire en suivi continu avec votre psychiatre ou neurologue. Il n'est plus obligatoire que celui-ci soit rattaché à un hôpital.


Trouver le bon dosage peut prendre quelques mois, la durée de mise en place du traitement varie d'une personne à l'autre. Vous trouverez ci-dessous les principales étapes :

Début à la plus petite dose

Selon les recommandations, vous débuterez par 10mg en LP (libération prolongée, 8 à 12h d'action). La LI (libération immédiate) n'est pas indiquée pour un début de traitement.

Augmentation toutes les semaines

Chaque semaine, vous devrez suivre le protocole de votre médecin. En général il augmente les doses de 10mg par semaine et il fait un point au bout de 3 semaines.

Trouver le bon dosage

Votre médecin vous aidera à identifier la dose idéale, en fonction de vos réactions au traitement. Les recommandations préconisent d'adapter la dose en fonction de la réponse.

Stabilisation

Progressivement, vous allez pouvoir stabiliser votre traitement, en l'expérimentant dans diverses situations de votre vie : familiale, sociale, professionnelle.

Pauses

Parfois, le médicament fait moins effet dans le temps. Il est recommandé de faire une pause de 2 semaines dans l'année. Vous pouvez aussi faire des pauses selon votre ressenti.

Arrêt du traitement

Le traitement peut continuer aussi longtemps qu'on en ressent le besoin. Si vous ne percevez plus d'améliorations notables, vous pourrez arrêter le traitement.


L'arrêt du traitement n'est pas obligatoire, mais recommandé. L'idéal est de profiter des bénéfices du médicament pour réaménager votre vie en fonction de votre fonctionnement et de vos besoins.



La surveillance de la mise en place du traitement est essentielle de la part du médecin, de votre part et de celle de votre entourage. Vous trouverez ci-dessous les points de vigilance :

Améliorations

La durée des effets, le niveau de concentration, la persévérance dans les projets, la qualité des interactions sociales, etc.

Effets secondaires

Les maux de tête, palpitations, sudations, nausées, vertiges, perte d'appétit, perte de poids, fatigue, etc.

Points négatifs

Si vous ressentez des tensions dans le corps, si votre sommeil est déréglé, si votre humeur se dégrade, si vous êtes moins sociable, etc.


La durée des effets varie d'une personne à l'autre, en fonction de la vitesse à laquelle le foie l'élimine.
Les effets secondaires sont souvent minimes et se dissipent après 2 ou 3 semaines de traitement continu.




80% des adultes TDAH répondent favorablement au méthylphénidate.
Toutefois, il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles vous ne répondez pas à la médication :

Attentes inappropriées

Vos attentes peuvent être mal dirigées. Le médicament est moins efficace sur : la procrastination, les stratégies d'évitement, la gestion du temps, les difficultés relationnelles.

Effet rebond de fin de dose

L'effet rebond est ce qui survient à la fin de l'effet : un retour de l'hyperactivité, de l'impulsivité ou d'une irritabilité. Il faudra peut-être envisager de changer de formulation.

Résistance aux stimulants

Si vous êtes sujet⸱te aux addictions, il est possible que l'usage antérieur de stimulants ait généré une résistance. Votre médecin pourra proposer d'augmenter la dose.

Formulation ou dose inadaptée

Tout le monde ne répond pas favorablement à toutes les formulations. Il faudra pour certain·e·s en tester plusieurs afin de trouver celle qui convient le mieux. Une dose trop haute ou trop basse peut être contre-productif.

Interférence avec un traitement

Si vous prenez d'autres médicaments (ex : antipsychotiques), ceux-ci peuvent interférer dans l'action du méthylphénidate. Si votre médecin n'avait pas connaissance de votre autre traitement, il faut l'en informer.

Interférence avec un trouble

Il se peut que vous ayez un autre trouble associé qui, non-traité, interfère avec l'action de la molécule : trouble anxieux, addiction, apnées du sommeil, etc. Dans ce cas, il faudra identifier et traiter ces autres troubles.


Un phénomène de tolérance est parfois observé. Si les effets s'atténuent dans le temps, il est recommandé de faire une pause de deux semaines du traitement.



Les ordonnances sont sécurisées : elles doivent être renouvelées tous les 28 jours et ne sont utilisables que dans la pharmacie indiquée en toutes lettres (celle de votre choix).

Premières prescriptions

Les premières ordonnances se font obligatoirement par un psychiatre ou un neurologue, ceci jusqu'à la stabilisation de votre traitement. Il n'est plus obligatoire d'avoir une prescription hospitalière.

Prescriptions au long cours

Une fois votre traitement stabilisé, vous pourrez passer par votre médecin traitant. Celui-ci devra également émettre des ordonnances sécurisées, reprenant exactement la prescription faite par le psychiatre ou le neurologue.

Renouvellement annuel

Il faudra revoir votre psychiatre ou neurologue tous les 12 mois afin qu'il refasse une nouvelle prescription. Le médecin traitant devra prendre connaissance de cette nouvelle ordonnance, même si votre traitement n'a pas changé.





Méconnaissance

Certains pharmaciens peuvent être surpris, vous poser des questions, voire refuser de vous donner le médicament. Si une pharmacie ne vous convient pas, vous pourrez demander à en changer à la prochaine prescription.

Délai

Vous avez 3 jours après la date de la prescription pour aller chercher vos médicaments. Au-delà, la pharmacie doit vous retirer les cachets correspondants au nombre de jours de retard, afin d'éviter les mésusages.

Remboursement

Le méthylphénidate pour adulte est désormais remboursé par la Sécurité Sociale. Demandez à faire passer votre carte vitale ou à émettre une facture pour l'envoyer à la Sécurité Sociale.




Médicaments prescrits à l'international
Des molécules alternatives au méthylphénidate existent pour traiter les symptômes du TDAH,
quelles sont-elles ?

En-dehors de la France, des dérivés d'amphétamines ou d'autres familles de molécules peuvent être proposés. Ces médicaments seraient plus adaptés à certaines personnes avec moins d'effets secondaires. Le prescripteur a ainsi un choix pharmacologique plus large, en fonction de chaque sujet.

1ère
intention
La première intention est de proposer des dérivés des amphétamines aux TDAH adultes.

Dextroamphétamine, dexméthylphénidate, lisdexamfétamine

DexédrineMD, Attenade, Vyvanse, AdderallMD

Mode d'action
Ce sont des médicaments psychostimulants qui favorisent la production de noradrénaline et de dopamine et qui en bloquent la recapture.

2ème
intention
Lorsqu'un patient ne répond pas favorablement à ces dérivés, la seconde intention est de proposer la molécule du méthylphénidate.

Méhylphénidate

Biphentin, Concerta, Daytrana, Focalin, Metadate CD ou Ritalin

Mode d'action
Ce sont des médicaments psychostimulants inhibiteurs de la recapture de la dopamine et de la noradrénaline.

3ème
intention
Lorsqu'un patient ne répond pas aux deux premiers traitement, la dernière intention est de proposer des non-stimulants.

Atomoxétine, guanfacine ou antidépresseurs

StratteraMD, TenexMD, IntuiveMD ou antidépresseurs tricycliques ISRS ou INSRS

Mode d'action
Ce sont des médicaments qui sont des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la noradrénaline.